Menu de navigation principale Menu de navigation de la rubrique Contenus de cette page Mairie, coordonnées et horaires
 
 
Accueil > VIE DEMOCRATIQUE > Communications du Maire > Communiqués et discours > Libération Ali Lmrabet - Janvier 2004

Libération Ali Lmrabet - Janvier 2004

Paris, le 28 janvier 2004 

30 janvier 2004 - Ali LMRABET et Jacques BOUTAULT

COMMUNIQUE

 

Pour célébrer la libération du journaliste marocain

Accueil en Mairie du 2e arrondissement

d'Ali LMRABET

 

Le 23 septembre 2003, Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement, organisait, avec l'Union des Jeunesses Maghrébines, Reporters sans frontières et la Ligue des Droits de l'Homme, une conférence de presse pour rappeler les raisons et les conditions de détention d'Ali Lmrabet.

Le 7 janvier 2004, Ali Lmrabet et 32 autres prisonniers d'opinion et politiques ont été libérés.

Jacques Boutault et ses partenaires se réjouissent de la libération du journaliste marocain et organisent, en présence d'Ali Lmrabet, une réception conviviale à cette occasion

Le 30 janvier 2004 à 18h00
À la Mairie du 2e arrondissement de Paris
8 rue de la Banque 75002 Paris

Cette réception sera aussi l'occasion d'inaugurer une exposition de dessins satiriques afin de poursuivre le combat pour une réforme du code de la presse et préserver ainsi les journalistes de l'emprisonnement pour délit d'opinion.

Ali Lmrabet, rédacteur en chef de deux hebdomadaires satiriques - Demain magazine, un hebdomadaire en français, et Douman, sa version en arabe - avait été condamné le 21 mai 2003 à 4 ans de prison et à une amende de 20 000 dirhams (environ 1 800 euros) pour "outrage à la personne du roi Mohammed VI", "atteinte au régime monarchique" et "atteinte à l'intégrité territoriale du royaume" à la suite de la parution de plusieurs articles et dessins ainsi que d'un photomontage dans ses publications, alors interdites par le tribunal. Le 17 juin 2003, la cour d'appel de Rabat a confirmé l'amende de 20 000 dirhams et l'interdiction de ses hebdomadaires. Sa peine a été réduite à 3 ans d'emprisonnement ferme. Détenu uniquement pour avoir usé de son droit à la liberté d'expression, Ali LMRABET avait protesté contre ce jugement par une grève de la faim, interrompue en juin 2003, qui lui fit perdre 22 kilos.


Signataires :

Mairie du 2e arrondissement de Paris
Association des Marocains de France AMF,
Association de Défense des Droits de l'Homme au Maroc ASDHOM
Association des Travailleurs Maghrébins de France ATMF
Convergence Des Démocrates Marocains à l'Etranger,
Forum Vérité et Justice-France,
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
L'Autre Tunisie
Ligue des Droits de l'Homme
Jeunesse des démocrates Marocains à l'Etranger(JDME),
Union des Jeunesses Maghrébines
Yabiladi

Avec le soutien des personnalités :

Alima Boumédiene-Thiery (Députée européenne)
Hélène Flautre (Députée européenne)
Hourrya-Liberté